à 
Prix: Gratuit
Salle B-2285
3200, rue Jean-Brillant
Montréal (QC) Canada  H3T 1N8

Conférence publique de Bernard Gratuze sur l'archéologie et le verre

Conférencier:

Bernard Gratuze, IRAMAT-CEB, UMR 5060 CNRS/Université d’Orléans

Résumé:
Inventé probablement de façon fortuite au Proche-Orient, vers le milieu du 3ème millénaire av. n.-è., le verre peut être considéré comme le premier produit de synthèse fabriqué par l’homme. A partir du milieu du 2e millénaire av. n.-è., la multiplication des découvertes archéologiques met en évidence une production bien maîtrisée et organisée en deux temps : fabrication de verre brut au sein d’ateliers primaires et élaboration d’objets au sein d’ateliers secondaires.

Avec l’invention du soufflage, au 1er s. av. n.-è., et l’évolution des moyens de production (fours), on assiste au début de notre ère à une diversification et une intensification de l’emploi de ce matériau (parure, contenant, vaisselle, architecture…) et à la “mondialisation” de sa diffusion. Coloré ou incolore, transparent ou opaque, ce matériau va, au fil du temps, se révéler indispensable à la vie quotidienne et devenir un acteur important de l’activité économique.

Les épaves d’Ulu Burun (14e s. av. n.-è., au sud de la Turquie) et des Embiez (2e s. de n.-è., au sud de la France), avec leurs chargements de verre brut et d’objets en verre, illustrent bien l’organisation de cette production et la commercialisation précoce de ce matériau sur de longues distances (sous la forme à la fois de produits finis et de matière première).

Si l’étude de la typologie des objets est très tôt apparue comme un paramètre majeur pour comprendre l’évolution et la diffusion des productions verrières, les apports de l’archéométrie se sont rapidement révélées indispensables. En effet la composition du verre, intrinsèquement liée aux matières premières utilisées, est un marqueur spatio-temporel de première importance pour retracer l’évolution des recettes employées par les artisans, identifier les mutations et les innovations de l’industrie verrière et suivre la diffusion de ses productions.

Les recherches effectuées sur la composition et la structure du verre ont aussi permis d’identifier et de comprendre les différentes recettes utilisées pour le colorer, le décolorer ou l’opacifier. Elles mettent enfin en évidence l’importance du recyclage et/ou du réemploi dont il a fait l’objet tout au long de son histoire.

A partir de différents exemples et en utilisant les principaux apports de l’archéométrie, cette conférence se propose de retracer les grandes mutation de l’industrie verrière et de suivre la diffusion de certaines de ses productions emblématiques. Parmi celles-ci, les perles nous serviront de fil conducteur.

En effet, de tous temps et sur tous les continents (mésopotamiennes ou égyptiennes à l’Age du Bronze ; européennes ou chinoises aux époques moderne et contemporaine), les perles, de formes et d’aspects variés, ont étés utilisées comme parure, amulette, objets de troc et de traite. Employées pour confectionner des vêtements et ornements spécifiques, insignes de pouvoirs temporels ou magiques, associées à certains rituels, on les retrouve aussi bien en Europe, aux Proche et Moyen Orient, en Amérique du nord et du Sud, en Asie, en Afrique et jusque dans les îles du Pacifique.

 

À travers le verre : 4500 ans d'histoire, d'innovations et d'échanges