à 
S-116
2900, chemin de la Tour
Montréal (QC) Canada  H3T 1J6

Étude du champ magnétique interne de deux matériaux magnétiques et d'un supraconducteur sans système d'inversion.

 

Cette thèse est divisée en trois parties. Une première section présente les résultats de l'étude de la formation de polarons magnétiques liés (BMP) dans le ferroaimant EuB6 par diffusion de neutron à petits angles. La nature magnétique du système ferromagnétique est observée sous une température critique de 15K. La signature des BMP n'apparaît pas dans la diffusion de neutrons, mais ces mesures permettent de confirmer une limite inférieure de 100 Angstroms à la longueur de cohérence des BMP.

Dans un second temps, l'étude du LaRhSi3, un supraconducteur sans symétrie d'inversion, par résonance de spin muonique nous permet de sonder le comportement magnétique du système dans la phase supraconductrice. Aucun champ magnétique interne intrinsèque n'a été détecté sous la température critique (Tc = 2.2K). Cela indique que la phase supraconductrice ne porte pas de moment cinétique intrinsèque. L'analyse du spectre d'asymétrie sous l'application d'un champ magnétique externe nous apprend que le système est faiblement type II par l'apparition de la signature de domaines magnétiques typique d'un réseau de vortex entre deux champs magnétiques critiques, Hc1 et Hc2, respectivement de 80 +/- 5 et 169.0 +/- 0.5 Gauss. Ces mesures confirment que, malgré l'absence de symétrie d'inversion, la symétrie de la plage d'énergies interdites dans la phase supraconductrice ne présente pas de noeuds.

Finalement, la troisième section porte sur l'étude du champ magnétique interne dans l'antiferroaimant organique NIT-2Py par résonance de spin muonique. L'observation d'une dépendance en température des champs magnétiques internes aux sites d'implantation muonique en champ nul confirme la présence d'une interaction à longue portée entre les moments cinétiques moléculaires. Ces valeurs de champs internes, comparées aux calculs basés sur la densité de spins obtenue par ABINIT, indiquent que la moitié des molécules se dimérisent et ne contribuent pas à l'ordre antiferromagnétique. La fraction des molécules contribuant à l'ordre antiferromagnétique sous la température critique (Tc = 1.33 +/- 0.01K) forme des plans de même polarisation de spins dans le plan (a,c) qui alternent en polarisation le long de la direction b.

Soutenance de Doctorat de Alexandre Désilets-Benoit
Consulté 872 fois

Modifier