à 
Prix: Entrée libre
Salle 1150
2940, chemin de la Côte-Sainte-Catherine
Montréal (QC) Canada  H3S 2H4

Titre de la thèse

Traductions constructives du projet d’architecture. Théoriser le détail à l’ère de la modélisation intégrative (B.I.M.)

Résumé
Cette recherche porte sur le rôle des écarts entre les dessins d’architecture et les édifices qu’ils représentent en analysant le transfert des projets de la figuration à l’édification. Ce phénomène est abordé à la fois en tant que problématique disciplinaire, dans la perspective théorique et historique de la modernité architecturale, et en tant que problème pratique, à travers le tournant numérique de la conception architecturale.

L’hypothèse des traductions constructives du projet d’architecture (Evans, 1986), qui attribue une fonction heuristique à ces écarts, est déployée au moyen d’un rapprochement analogique entre conception architecturale et traduction littéraire. Ce parallèle permet de mobiliser les théories de la traduction de l’Allemagne romantique (Berman, 1984) pour problématiser le phénomène du transfert du projet au sein de la discipline architecturale. Interprétés en termes d’attitudes possibles des concepteurs face au transfert du projet, les principes théoriques modernes de la tectonique (Frampton, 1995) et de la construction comme représentation (Levine, 2009) assurent l’ancrage historique de cette problématique.

Supports privilégiés pour élaborer et prescrire les dispositifs constructifs, les détails constituent les principaux indicateurs permettant une observation pragmatique de ces attitudes au sein des pratiques professionnelles. L’hypothèse des traductions constructives est testée à travers deux études de cas portant sur la genèse de projets réalisés par les agences Chevalier Morales Architectes au Québec et Jakob+MacFarlane en France. Les opérations de traduction identifiées à travers ces projets témoignent de tensions constructives où le détail apparaît comme une catégorie de la conception architecturale numérique. Ces analyses permettent d’envisager une actualisation des théories modernes du détail à l’aulne de l’évolution contemporaine des méthodologies de conception.

Directeur : Jean-Pierre Chupin

Soutenance de thèse de doctorat de Louis Destombes
Consulté 7 fois

Modifier